EXPO - La terre, le feu, l'esprit - Grand Palais


La terre, le feu, l'esprit, Chefs-d'oeuvre de la céramique coréenne au Grand Palais.



Si la céramique est créée à l’aide de terre et de feu dans le monde entier, son style et ses caractéristiques varient grandement d’une région à l’autre. La céramique coréenne incarne à merveille le caractère unique de la Corée et l’esprit du pays. Elle est un domaine artistique à part entière. Cette exposition présente de nombreux chefs-d’oeuvre de la collection du Musée National de Corée, dont bon nombre ont été officiellement désignés Trésors et Trésors nationaux. Elle permet aux visiteurs d’explorer toute l’histoire de la céramique coréenne, en se plongeant dans l’esprit qui l’habite.
L’exposition présente une vision d’ensemble de la céramique coréenne, des temps anciens de la période des Trois royaumes à l’ère contemporaine, en passant par les dynasties Goryeo et Joseon. Parmi les oeuvres anciennes les plus remarquables figurent notamment des vases anthropomorphes, souvent enterrés avec les défunts pour guider leur âme dans l’au-delà conformément aux croyances funéraires à l’époque.


Culture ancestrale et poterie - Les premiers vases en céramique étaient utilisés pour stocker l'eau et la nourriture. De l'âge néolithique à l'âge du bronze, le type de poterie le plus répandu était la poterie tendre. Cependant, à partir de la période des Trois Royaumes, la péninsule coréenne est principalement divisée entre les royaumes de Goguryeo, Baekje, et Silla mais aussi de Gaya qui fut finalement intégré à celui de Silla. Chacun de ces royaumes produit un style de poterie dif"rent avec ses caractéristiques propres. Au fil du temps, l'utilisation de la céramique s'étend à la fabrication de vases de types très variés pour la vie quotidienne. Véritable miroir des modes de vie, des priorités, des mentalités et de la conception de l'au-delà de ceux qui les produisent, les objets en céramique constituent des ressources cruciales pour aider les chercheurs contemporains à restituer les cultures coréennes ancestrales. 
Après que le royaume de Silla eut conquis ceux de Goguryeo et Baekje, unifiant ainsi la péninsule coréenne, les différents types de poteries des Trois royaumes sont remplacés par celui de Silla Unifié, qui comprend des éléments de poterie traditionnelle de Goguryeo et de Baekje. A partir de la fin du VIe s., les céramiques du Silla Unifié sont caractérisées par des créations élaborées sur lesquelles de petits motifs stylisés (triangles, cercles, gouttes d'eau ou fleurs par exemple) sont tamponnés à plusieurs reprises sur l'ensemble de la surface. Vers la fin de la période du Silla Unifié, des céramiques ressemblant à du céladon font leur apparition, posant les jalons de la céramique de renommée internationale de la période Goryeo. Le céladon de Goryeo - Dans la péninsule coréenne, le céladon fut produit pour la première fois au Xe siècle, durant la période Goryeo, après l'introduction de techniques de production de céramique en provenance de la Chine.
Cependant, le céladon de Goryeo se distingua rapidement de ses homologues chinois. En effet, les potiers cherchèrent à développer de nouveaux styles en accord avec l'esthétique du peuple coréen de l'époque. La couleur jade du céladon de Goryeo représente le mélange harmonieux du bleu et du vert, adouci et accentué par une délicate brillance. Cette sublime glaçure couleur jade était perçue comme "la plus belle sous le ciel", selon des archives de la dynastie Song du sud de la Chine. La beauté de la glaçure couleur jade est soulignée par les formes raffinées qui caractérisent le céladon de l'époque Goryeo. Cette association exceptionnelle de formes et de couleurs est représentée au mieux par les vases figuratifs en céladon qui tirent leurs formes d'éléments naturels telles que les personnes, les animaux, les plantes ou les fruits. Expression ultime de la beauté et du raffinement qui définit l'esthétique Goryeo, les vases figuratifs en céladon capturant de manière dynamique et réaliste les traits caractéristiques de leur modèle. Différentes techniques sont utilisées pour décorer les céladons, dont celle de l'incrustation, appelée sanggam, qui constitue l'innovation caractéristique de la période Goryeo. Cette méthode requière des techniques avancées de cuisson et de fabrication qui incarnent la créativité et la beauté des céladons de Goryeo.








Le Buncheong - Le buncheong est un type de céramique propre à la Corée. La céramique se divise généralement en deux groupes majeurs - le céladon et la porcelaine blanche - mais le buncheong n'appartient à aucune de ces catégories. Il occupe en effet une position intermédiaire, formant un pont entre le céladon d'époque Goryeo et la porcelaine blanche de l'époque Joscon. Le terme "buncheong", qui signifie littéralement "céladon poudré", se réfère à des pièces de grès au corps gris charbon et l'engobe blanch épais. Le buncheong est particulièrement réputé pour ses motifs insouciants et dynamiques qui ornent souvent ses surfaces blanches. Ces derniers sont exprimés par des incrustations, des incisions ou des motifs peints en brun de fer sous couverte. Bien qu"il fût produit sur une période relativement courte (env. 200 ans), le buncheong reflète un chapitre crucial de l'histoire des céramiques coréennes grâce à ses éléments contrastants de liberté et de sobriété. S'inscrivant dans la tradition du céladon de Goryeo, les premiers modèles de buncheong incrustés et tamponnés étaient réservés à la cour et se caractérisaient par leurs formes et leurs motifs épurés. Le buncheong qui se développa plus tard, en revanche, était réputé pour ses formes grossières et ses motifs abstraits, souvent humoristiques, réalisés par incisions, sgraffito ou en brun de fer sous couverte. Très appréciées jusqu'à aujourd'hui, ces expressions libres caractérisent désormais l'essence des céramiques buncheong.




La porcelaine blanche - Les céramistes de la dynastie Joseon, influencés par la porcelaine blanche des Yuan et des Ming en Chine, parvinrent à créer un nouveau type de porcelaine blanche et dure. Mêlant beauté éclatante et résistance impressionnante, la porcelaine blanche devint immédiatement le matériau de prédilection des céramiques royales de la dynastie Joseon. La porcelaine blanche destinée à la cour de Joseon était fabriquée dans les fours officiels sous la supervision du bureau gouvernemental responsable de l'approvisionnement du roi et de la cour en denrées alimentaires. L'idéologie dominante de la dynastie Joseon était le néoconfucinisme qui accorde une grande importance aux cérémonies, aux rituels et aux convenances. Un grand nombre de ces rituels impliqueraient l'utilisation d'objets en céramiques rituelles de la dynastie Joseon. La fabrication de la porcelaine blanche dure permit la production de porcelaines ornées de magnifiques motifs peints en bleu de cobalt sous couverte, apogée de la porcelaine de l'époque Joseon. Pour fabriquer la porcelaine bleue et blanche, les peintres les plus talentueux de la cour issus du Bureau de la peinture se rendaient dans les fours officiels et peignaient les motifs directement sur les vases en porcelaine blanche. D'abord réservée exclusivement à la cour, la porcelaine bleue et blanche de Joseon devint progressivement accessible à l'aristocratie des lettrés puis aux familles aisées. Vers la fin de la période, la production et la diversité des formes des porcelaines bleues et blanches s'étaient considérablement élargies. Ainsi, leur utilisation s'étendait des objets de cour rituels à la vaisselle et aux objets du quotidien.










Au-delà de la tradition - Les artistes contemporains revisitent et réinterprètent constamment les formes et les styles classiques de la céramique coréenne.