RIO DE JANEIRO - Jardim Botanico







Les épices ont incité les navigateurs portugais à courir les océans en défendant leurs cargaisons des pirates. Quand il débarque à Rio en 1808, Dom Joao VI choisit une vaste plantation de canne à sucre à l'écart de la ville pour construire une fabrique de poudre et, à côté, un jardin d'acclimatation où cultiver les précieuses semences venues de l'Orient. L'allée des girofliers (Cravo da India) est encore là pour en témoigner. Cette pépinière s'agrandit, devient le Real Horto, le Jardin Royal. Pedro 1er l'ouvre au public et, en 1824, charge frère Leandro do Sacramento de l'aménager en jardin botanique, autour d'un étang. Les plantes arrivent des quatre coins du monde. Pedro II aime flâner dans ses allées ombragées, organise des pique-niques en famille sous la gloriette. 
Aujourd'hui plis de 6 000 espèces végétales bourgeonnent, éclosent, se déploient, resplendissent et se fanent à deux pas de la cohue, dans ce havre de paix à la lisière de la forêt qui s'étend sur une superficie de 141 ha, dont près du tiers est ouvert au public.




Le lac - 





L'allée de palmiers impériaux - Au début du XIXe siècle, un marin portugais rapporta de l'Île Maurice, où il avait été prisonnier des Français, les semences du palmier royal, nommé ensuite palmier impérial. Seules les propriétés visitées par l'empereur étaient autorisées à les planter le long de leurs allées. 



Palm - 











Bamboo - 

 
(c) Chavanitas