MILLY-LA-FORÊT - Le Cyclop


22,50 mètres de haut, 350 tonnes d’acier ! L’immense Tête sans corps, étincelante de miroirs, avec un œil unique, une bouche d’où ruisselle de l’eau sur une langue toboggan, une oreille qui pèse une tonne, abrite en son centre un univers surprenant où le spectateur est invité à suivre un parcours labyrinthique pour découvrir des œuvres variées et complémentaires, des sculptures sonores, un petit théâtre automatique et à l’emplacement du cerveau, une machinerie formidable aux engrenages de ferraille aussi fascinants qu’hétéroclites.


Cette œuvre d’une grande richesse qui réunit quatre mouvements artistiques : Dada, Nouveau Réalisme, Art cinétique, Art brut, Le Cyclop de l’artiste suisse Jean Tinguely, appelé aussi « La Tête » ou « le Monstre dans la forêt » est un monument unique dans l’histoire de l’art contemporain. Avec Le Cyclop, Jean Tinguely a voulu créer une construction hors norme, exceptionnelle par sa taille, sa richesse artistique, son ingéniosité technique mais aussi par sa situation insolite dans la forêt de Milly. 
Mais « La Tête », c’est avant tout le fruit d’une aventure collective, tissée de liens d’amitié, une utopie réalisée au cours de nombreuses années par « une équipe de sculpteurs fous » réunie autour de la personnalité de Jean Tinguely. 



« En travaillant dans la forêt, nous rêvons à une utopie et à une action sans limite (c’est illusoire je le sais) et notre attitude est celle de la Recherche de l’Acte Gratuit et Inutile. Et nous sommes très heureux comme ça, pourvu que personne ne nous empêche de travailler (comme des fous – ça va de soi). » Jean Tinguely.




En 1969, le chantier du Cyclop démarre dans la forêt de Milly. Jean Tinguely savait que la seule manière de mener à bien le projet de la Tête, était de financer lui-même les travaux, ainsi il pourrait travailler en toute liberté.
Aucun architecte ne participera à la construction et seuls les artistes, avec courage, force et ténacité, bâtirent progressivement cette sculpture titanesque.
Il aura fallu dix ans de labeur pour ériger Le Cyclop et quinze années supplémentaires avant que soient mises en place les contributions de chacun. Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle financèrent l’ensemble. En 1987, pour assurer sa protection et sa conservation, ils décidèrent de donner Le Cyclop à l’État français. 




En 1991, à la mort de Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle se chargea, en respectant au mieux les idées de son compagnon, de terminer la sculpture en finançant les derniers travaux.
En mai 1994, Le Cyclop fut inauguré par François Mitterrand, Président de la République et ouvert au public. Niki de Saint Phalle décida alors que Le Cyclop était achevé et que désormais, aucune œuvre ne pourrait être ajoutée.



(c) Chavanitas