ANTALYA - Aspendos - Pergé - Termessos







Située sur l'Eurymédon (aujourd'hui Köprü Cay), Aspendos était jadis la cité la plus orientale du royaume de Pergame. Elle devint un important centre commercial à l'époque romaine. La principale curiosité est le théâtre romain remarquablement conservé, construit en 162 av. JC par l'architecte Xénon et fermé par un mur de scène que surmontait jadis un auvent de bois. Il sert chaque année de cadre au Festival d'opéra et de danse (mi-juin-début-juil.).
Ce théâtre de 12 000 places a été entretenu par les Seldjoukides. Des traces de peintures du XIIIe siècle ornent toujours le bâtiment de scène. La galerie voûtée restaurée, au-dessus des gradins, servait de promenoir pour le public par tous les temps. Sur le bâtiment de scène, les niches sculptées initialement séparées par des colonnes, abritaient des statues.












Pergé - Cette riche cité au bord de la rivière Kestros (aujourd'hui Aksu) déclina à l'époque byzantine et fut abandonnée au VIIe siècle ; elle offre pourtant toujours un spectacle impressionnant. Le théâtre est l'un des plus beaux vestiges (malheureusement fermé pour restaurations lors de notre visite) ; sa frise de Neptune accompagnée des créatures marines se trouve au musée archéologique d'Antalya. Le vaste stade est quasiment intact. 
La porte héllénistiques constituées de deux tours marquait l'entrée de la cité. Elle ouvre sur une cour ornée d'un nymphée. Les thermes à hypoacousie (chauffage par le sol), à gauche, font face à l'agora à portiques. Un autre nymphée, au pied de l'acropole, alimentait un canal courant au centre de la voie principale à portiques qui rafraîchissait l'air en été. La tombe de Plancia Magna, bienfaitrice de la ville, se trouve à l'extérieur des remparts, et sa statue de marbre est au Musée archéologique d'Antalya.












Termessos - Bâtie par les Solymes, Termessos occupe un site stratégique sur la route maritime de la mer Egée. L'historien grec Arrien déclara que "les deux falaises forment une sorte de porte naturelle si bien qu'une très petite armée peut, en tenant les hauteurs, empêcher l'ennemi de passer". Au Ive siècle av. JC, Alexandre le Grand, devant les défenses naturelles de la ville, hésita à s'en emparer. 
Les édifices conservés sont le théâtre, les remparts au pied du gymnase, le gymnase, les temples d'Hadrien et de Zeus, l'odéon (pour les spectacles musicaux), les citernes de l'agora, les stoa (portiques couverts) d'Attale et d'Osbaras, et le temple d'Artémis. Une nécropole s'étend sur la colline. Depuis le gymnase, la vieille route qui s'achève par une gorge rejoint le niveau de la mer. Termessos est intégrée au parc national de Güllük Dag ; une zone réservée à l'élevage des chèvres sauvages et des cerfs est sans doute le dernier refuge du lynx anatolien.










(c) Chavanitas