PARIS - Maison de l'Amérique Latine - Pablo Reinoso - Chapelle de la Médaille Miraculeuse





La Maison de l’Amérique latine accueille du 1er juin au 5 septembre 2015, la première exposition adoptant, sous le commissariat de Jérôme Sans, une approche rétrospective de l’œuvre de Pablo Reinoso, artiste franco-argentin majeur, dont les sculptures et installations ont été présentées dans le monde entier. Aux œuvres historiques s’ajouteront des productions spécifiques qui envahiront l’ensemble des espaces de la Maison de l’Amérique latine.








Pablo Reinoso - un monde renversé - Cette exposition monographique met en perspective plus de 30 ans de la démarche singulière de Pablo Reinoso qui s’est littéralement approprié le lieu pour l’occasion afin de mieux le renverser.
Arabesques d'acier, volutes de bois ou paysage de marbre, les œuvres de Pablo Reinoso (né en 1955), entre sculpture et design, s’affranchissent de leur forme d’usage initiale pour bouleverser notre environnement et le faire entrer dans une nouvelle dimension. En écho et à l’inverse de l’art minimal, les sculptures de Pablo Reinoso se jouent de la rigidité des formes et des objets usuels qu’elles habitent pour leur donner une soudaine expansion. Elles se déploient telles des corps incarnés, mouvants, impermanents, qui ne sauraient se limiter à leur dimension ou à leur fonction.
Dans une logique d’extension des matériaux, ses sculptures ou environnements, véritables surprises visuelles issues d’une esthétique minimaliste des années 1960, auraient pris corps, se seraient dotés de vie. De ses Breathing sculptures, qui ne sont pas que des formes pures mais respirant comme autant de corps animés, à ses fameux Spaghettis Benchs d’où surgissent des branches contaminant progressivement leur environnement, jusqu’à la série réalisée à partir des iconiques chaises Thonet, les œuvres de Pablo Reinoso renouvellent la perception des objets qui nous entourent. Pourquoi les œuvres ne seraient-elles que des sculptures et ne pourraient-elles devenir des socles pour incarner également des bancs, des chaises ou simplement des structures à activer ? Des œuvres à double face qui n’auraient plus peur d’être aussi fonctionnelles que visuelles. Des formes, des volumes à s’approprier librement, sans mode d’emploi ni retenue.





Chapelle de la médaille miraculeuse - Sanctuaire caché dans une impasse en face du Bon Marché au 140 rue du Bac. 
Construite en 1815, la chapelle Notre-Dame de la médaille miraculeuse, dans l'hôtel de Châtillon attribué à la Compagnie des Filles de la Charité, la chapelle alors dédiée au Sacré Coeur de Jésus, voit se dérouler en 1830, dans le plus grand secret, des événements exceptionnels. Soeur Catherine Labouré, novice de 24 ans, reçoit trois visites de la Mère de Dieu, "en chair et en os" dira-t-elle, pour lui confier une mission : faire frapper la médaille avec cette invocation : "O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."
A partir de Mai 1832, la diffusion extraordinaire de la médaille, accompagnée de conversions, protections et miracles, amène les fidèles à la qualifier de miraculeuse. 


En 1849, la chapelle est aggrandie. Dans les années qui suivent, elle reçoit d'autres transformations. En 1930, une véritable reconstruction nous livre la chapelle telle que nous la voyons aujourd'hui. 
1851 – Première fresque de la chapelle : les étoiles.

A gauche : le monogramme du Christ IHS surmonté de la couronne d’épines.
A droite : le monogramme de la Vierge Marie AM (comme « À Marie »).
On remarque en-dessous la 1ère statue de la Vierge au globe.

1914 – La Chapelle a été blanchie et repeinte. Les tableaux  ornant le Chœur, ont été supprimés et remplacés par un revêtement de marbre blanc, destiné à devenir une surface d’ex-voto. Le maître-autel n’a pas été touché, mais les grands Anges porte-lumières, placés de chaque côté, avec les nuages qui supportaient la statue de la Sainte Vierge … se sont envolés … tandis que, sous les pieds de la reine du Ciel, deux Séraphins à six ailes sont venus placer d’autres nuages qu’ils supportent sur leurs épaules … La porte, donnant accès à la sacristie dans le Chœur a été murée. Un autel dédié à Saint Joseph, surmonté de sa statue, a été érigé de façon symétrique, face à l’autel de la Vierge Puissante au globe.
Entre 1930 et 1933 – Deuxième fresque de la chapelle :
 Elle représente la première apparition de la Vierge à Sainte Catherine la nuit du 18 au 19 juillet 1830, 
et tout autour les Filles de la Charité servant les pauvres.
1933- Troisième fresque de la chapelle :
 Première apparition de la Vierge Marie à Sainte Catherine entourées d’anges, avec une présentation des deux faces de la Médaille.  (Photo de l’année 1950)




(c) Chavanitas