ELLE Déco - Déco Ex-voto



Article Emmanuelle Javelle - Photo Yannick Labrousse -

DECO EX-VOTO - At Home 
'Voyage au coeur de l'univers gothique-cool de la plasticienne Charlotte Cornaton qui présentent à la Galerie BSL à Paris, 'Insomnie', une série de livres lumineux en porcelaine.


Un décor transculturel où les vanités sont reines -















Dans l'agenda - Galerie BSL - L'artiste Charlotte Cornaton fait des cauchemars et pas qu'un seul. Son exutoire, Sculpter des livres en porcelaine qui racontent ses tempêtes cérébrales. Ici son livre "WOLF"
"La jeune fille et la mort" Charlotte Cornaton dans un décor New Age. Pourquoi ce mur prune ? 'Pour recouvrir des dessins que j'avais fait. J'avais des choses à cacher..' s'amuse-t-elle ! Miroir de sorcière de Line Vautrin. Dessin de Kees Van Dongen. 
Pièces à convictions Créations de Vallauris signées Roger Capron, tests de Charlotte, souvenirs de voyages, la collection de céramiques de la plasticienne s'accumule sur les étagères de sa cuisine. Une cuisine "du Sud" inspiré par le Mexique qu'elle rêve de découvrir au moment de la fête des morts.
Cadavre exquis - Sur la porte un squelette dessiné au ruban adhésif par Charlotte lorsqu'elle était étudiante. Un papier peint psychédéliques en clin d'oeil aux murs argent de la factory d'Andy Warhol est orné d'une paire de patères équivoques. Tirage photo sur plaque de métal de Charlotte Cornaton. Buste représentant Charlotte, réalisé par un artisan chinois pour le projet 'Duplicata' de la plasticienne. 
Gisement turquoise - "La spiritualité m'intéresse plus que la religion" dit-elle. Sur la porte ouvrant sur l'atelier, des croix chinées à travers le monde s'unissant sur un fond doré. Couronnant un mannequin de routière, sur lequel Charlotte a redevint des organes pour préparer son projet 'Corpus Femina', une coiffe d'opéra chinois qui fait partie du projet 'Mandala'. Sur la table de Michele de Lucchi, un flacon en céramique de Jean Lurçat. Lampe d'Ingo Maurer. 
Energie primitive - Les masques et coiffes réalisés par l'artiste mêlent des rites de cultures tibétaine, africaine et chinoise. Des fragments de roches rapportés du Maroc et d'Arizona ont servis d'inspiration au projet 'Chakra'. A gauche, une lithographie de Guillaume Corneille. 
Beauté éclairée - Dans l'atelier de céramique de Charlotte Cornaton, contigu à sa chambre, les livres sculptures 'Je suis terrifiée' et 'Noyade' deux pièces de la série 'Insomnie', exposées à la Galerie BSL.
Son oeuvre est un labyrinthe, architecturé de ponts, de tunnels et de portes secrètes. Mais soyons clairs, à 28 ans, Charlotte Cornaton ne cherche pas son chemin, elle sait très bien où elle va. Dans son repaire parisien - des chambres de service sous les toits réunies pour composer un appartement comprennent son atelier de céramique-, elle prépare minutieusement les projets qu'elle réalise la plupart du temps en résidence. Ces projets sont les étapes d'un voyage initiatique au coeur de la pensée humaine, entre conscient et inconscient, faisant dialoguer céramique et vidéo, deux médiums aux antipodes l'un de l'autre. L'un ancestral et matériel, l'autre contemporain et immatériel.
Le dernier en date a vu le jour à Jingdezhen, cité de la céramique en Chine, au printemps dernier. Il transpose le monde onirique de Charlotte dans une collection de trente-trois livres lumineux en porcelaine, montés sur des pupitres d'acier et éclairés par des Leds. Ces grimoires de porcelaine aux pages mouvementées, craquelées, offrent la narration éclairée et éclairante des cauchemars de l'artiste et de leurs symboles. Pour cette série, elle explorera aux cotés de maîtres artisans trois techniques chinoises de porcelaine : la calligraphie au cobalt, émail sur porcelaine ; la gravure sur porcelaine, émail céladon ; et l'émail cloisonné. Des savoir-faire traditionnels mis au service d'une approche conceptuelle où les erreurs, sources d'imperfections, ne sont pas crimes de lèse-majesté mais servent le fond et apportent, au contraire, la beauté de la pièce.
L'approche par le livre est une manière non dissimulée pour elle de revenir au graphisme, sa formation première à Central Saint Martins School, puis à l'ESAG Pennighen dont elle sortira Major de promotion en 2009. Le travail sur les mots et la typographie prend ici une dimension sculpturale. La céramique, elle est tombée dedans, enfant. A sa naissance, ses parents se mettent à chiner et à collectionner particulièrement des arts du feu. Dans sa poussette, au rythme de promenade aux Puces, Charlotte biberonne les styles et les époques et se prend au jeu. Sa première collection de poupées anciennes Peynet, Stella, Gégé.. elle l'a encore et y tient comme à la prunelle de ses yeux. Si elle préfère aujourd'hui l'ambiance des bazars aux marchés d'antiquaires c'est qu'elle est irrésistiblement attirée par la découverte d'autre culture. C'est bien pour cela qu'elle tient à créer en résidence. Alors le prochain projet en vue ? Un voyage aux Açores où elle combinera la roche volcanique - "le sang de la terre" - à la céramique, après la tempête cérébrale, l'explosion émotionnelle ?
Photos Yannick Labrousse
http://yannicklabrousse.com/Plasticiens