SEVILLA - Metropol Parasol - Iglesia del convento de San Leandro - San Pedro - Basilica de la Macarena - Convento de Santa Paula



En pleine vieille ville, cette structure en forme de champignons géants défie l'esthétique traditionnelle ! Vue imprenable de son bélvédère, et, au sous-sol les vestiges de la ville romaine et arabe.

Iglesia de la Anunciacion - Calle Larana -
San Idelfonso - Plaza San Idelfonso -
Iglesia del Convento de San Leandro - Dans le sanctuaire à nef unique, deux retables époustouflants de J.M. Montanes dédiés à saint Jean-Baptiste et à saint Jean l'Evangéliste (1621-1632). Sainte Rita, patronne des causes perdues, paraît drapée dans un velours noir brodé d'or. S'y rendre le 22 du mois, quand ses fidèles lui apportent des fleurs. Les autres jours, on se console en achetant par le torno des yemas aux soeurs recluses. En effet, les nones du convent de l'église vendent des pâtisseries. N'ayant pas le droit d'être vues, une porte tourante spéciale permet donc de passer commande et de récupérer les gâteaux sucrés sans les voir.
San Pedro - Eglise édifiée après la reconquête de Séville (XIVe s.) à la façade de briques gothico-mudéjare. A l'extérieur, sur le côté, une superbe représentation du purgatoire en céramique (XVIe s). A l'intérieur, les images saintes (XVIe s) de la confrérie Cristo de Burgos, le Christ et la vierge versant à ses pieds des larmes de cristal.
Taberna Coloniales - Plaza del Cristo de Burgos - Très bon tapas à déguster au bar avec une ambiance traditionnelle très sympathique, spécialité de viande. 
Puerta de la Macarena -


Basilica de la Macarena - Un sanctuaire bâti en 1949 pour abriter la Virgen de la Esperanza, la plus illustre des Vierges de Séville, oeuvre anonyme du XIIe s. Sur son visage douloureux, ses larmes sont des diamants. A voir aussi, dans le musée attenant, les parures qu'elle revêt pendant la semaine sainte (bijoux, manteaux..), son éblouissant paso et les habits de lumière offerts par des toreros.
Calle San Luis -
San Luis de los Franceses - La plus romaine des églises baroques (1699-1730) avec son plan en croix grecque, commande des Jésuites à Leonardo de Figueroa. Dehors, éblouissante façade sculptée et dôme revêtu d'azulejos.
San Marcos - Eglise du XIVe s., dont le clocher rappelle la Giralda. 
Santa Catalina - Une église du XIXe s., élevée, comme souvent  à la place d'une mosquée. 
Covento de Santa Paula - L'un des rares monastères où il est permis d'entrer, après avoir frappé à l'aide d'un vieux marteau de bronze. On peut visiter un riche petit musée d'oeuvres accumulées depuis la fondation du monastère, en 1473. La maquette de la sculpture de Saint Jérôme pénitent de Pedro Torrigiano présente aux Musée des beaux-arts de Séville. Sous verre, de spectaculaires représentations baroques de l'Enfant Jésus côtoient des têtes de mort. Et une crèche merveilleuse, qui n'a rien a envier aux presepi napolitains, avec son fouillis coloré d'innombrables figurines. Les soeurs vous font la visite et sont particulièrement attentionnées. 

(c) Chavanitas