PARIS - Musée de l'Orangerie - Les Nympheas

Dans deux vastes salles elliptiques, sur 2 mètres de hauteur et près de 100 mètres linéaires, se déploie un paysage d'eau jalonné de nymphéas, de branches de saules, de reflets d'arbres et de nuages, " illusion d'un tout sans fin, d'une onde sans horizon et sans rivage " selon les termes mêmes de Monet. Manifestation tardive et longtemps jugée déroutante d'un impressionnisme auquel la monumentalité et l'absence de toute figure humaine confèrent une caractère abstrait, cette immense ensemble mural est la somme de toute une vie d'artiste.


Les Nympheas - Poursuivi pendant douze ans, de 1914 à 1926, il puise dans l'univers familier de Monet : le " jardin d'eau " de sa propriété de Giverny, entouré d'arbres et orné de plantes aquatiques, devant lequel, trente ans durant, le peintre posa son chevalet pour en sonder les rythmes changeants. Sans solution de continuité, il évoque la marche des heures, depuis le Matin à l'est, jusqu'au Soleil couchant à l'ouest.
Offerts par Claude Monet à la France le lendemain même de l'armistice du 11 novembre 1918, les Nymphéas furent installés selon ses plans à l'Orangerie en 1927, quelques mois après sa mort. Des transformations des années soixante eurent longtemps pour effet de dénaturer les aménagements originaux mais la rénovation du musée va permettre aux Nymphéas d'en redevenir le cœur vivant et de retrouver la plénitude de leur sens.