EXPO - Musée Guimet - L'art de Rosanjin - Ando Hiroshige - Tsutsugaki - Porcelaines chinoises

L'art Rosanjin. Tsutsugaki.



L'art de Rosanjin -
L’art de Rosanjin, Génie de la cuisine japonaise Du 3 juillet au 9 septembre 2013-  Rosanjin, l’inventeur de la gastronomie au Japon, le « bi-shoku » ou l’esthétique du manger, redonne vie au concept du « beau autour de la table ». A la fois céramiste, artiste laqueur, calligraphe et peintre, il fut aussi essayiste et déclare à ce titre dans La voie du goût de Rosanjin : « La cuisine, tout en prenant comme matière la nature et en satisfaisant le désir le plus primitif des êtres humains, sublime ce savoir-faire au niveau de l’art. ».
Hiroshige Ando - Autour d’un carnet de dessins préparatoires pour la Route du Tokaidô -
Cet accrochage est conçu plus particulièrement autour d’un rare carnet de 40 croquis à l’encre de Chine dus au pinceau d’Hiroshige, acquis par le musée en 2010 grâce à la Société des Amis du musée Guimet. L’album réunit plusieurs études préparatoires et magistrales à l’une des célèbres séries consacrées par le peintre aux 53 étapes de la route du Tôkaidô ; il s’agit ici de la 4e de ces séries, dite Reishô Tôkaidô, éditée entre 1847 et 1852 par Maruya Seijirô.
Tsutsugaki - Textiles indigo du Japon - Du 10 juillet au 7 octobre - 
Le public est invité à découvrir une collection de tsutsugaki exceptionnelle, présentée pour la première fois hors du Japon ! 
Le tsutsugaki (de tsutsu, « tube » et de gaki, « dessin ») désigne une technique japonaise de teinture à l’indigo accompagnée de décors réalisés par réserve à la pâte de riz, mais aussi et surtout les oeuvres textiles qui en procèdent, dont les plus anciens témoignages remontent au XVIe siècle. La renommée des tsutsugaki provient de leur assemblage quasi invisible de tissus, de la force de leurs couleurs et de la qualité de leurs dessins, comparables à de véritables tableaux auxquels il ne manquerait qu’une signature. On pense que des artistes majeurs ont créé en leur temps des motifs de tsutsugaki.
céramiques chinoises - Le domaine des arts décoratifs constitue un panorama très complet de l’histoire de la céramique chinoise où sont représentés, à travers environ 10 000 céramiques - grès, céladons et porcelaines - les fours les plus importants, les grandes innovations techniques ou les différentes facettes du goût ayant présidé à la commande, selon qu’il s’agit de pièces d’exportation ou de commandes impériales.
(c) Chavanitas