SEVRES - Manufacture de Sèvres - Ettore Sottsass

La cité de la céramique - Sèvres & Limoges réunit la Manufacture nationale de Sèvres, le Musée national de la céramique et le Musée national Adrien Dubouché à Limoges. Grâce aux synergies respectives de ces trois institutions, la Cité de la céramique, Sèvres et Limoges constitue un pôle international de la céramique et des arts du feu chargé du développement de la création et de la production de la porcelaine, d'une politique patrimoniale et de recherche scientifique, et du développement culturel auprès de tous les publics. 

La Manufacture nationale de Sèvres, fondée à Vincennes en 1740 puis installée à Sèvres en 1756 a pour mission de produire des objets d'art en porcelaine grâce à des techniques transmises et préservées depuis le XVIIIe siècle. Le Musée national de céramique, inauguré en 1845, rassemble la plus riche collection publique de porcelaine de Limoges. 
Le 1er étage, comprend des salles d'introduction à la compréhension de la céramique, à travers l'histoire, la géographie, et la technique.


Ci-dessous des extraits des chefs-d'oeuvres de la céramique du Moyen-Âge et de la Renaissance européenne. 








Valeur refuge - beauté, humilité, céramique du 22 mai au 23 septembre. Le premier étage comprend aussi la salle de céramique contemporaine avec des exposition temporaires. 
Sept artistes américains et européens sont présentés dans les galeries contemporaines de la cité de la céramique. Leurs oeuvres évoquent une certaine rudesse inspirée par l'art populaire. Ils revisitent le thème du foyer domestique vu et vécu comme un refuge. Les artistes invités dasn Valeur Refuge cherchent à jeter un pont entre hier et aujourd'hui en proposant des oeuvres énonciatrices des valeurs montantes de pérennité, d'authenticité et de simplicité émergeant actuellement du discours de l'art et du design. Inspiré par la nostalgie du monde rural et par les archétypes issus des premiers temps de l'industrie, ils nous font partager leur émotion viscérale à l'égard de formes simples et puissantes, empruntes de l'histoire des hommes ou de nos propres souvenirs de maisons de campagne ou de fabrication artisanale. Artistes présentés : Kerstin Abraham - Ruth Borgenicht - Piet Hein Eek - Ted Neal - Pekka Paikkari - Hervé Rousseau. 







 Galerie des ventes de porcelaine de Sèvres - 




Dans les escaliers qui mènent au deuxième étage, on découvre une pièce de Johan Creten dans l'une des alcoves. Premier artiste-résident à la Manufacture nationale de Sèvres depuis les années 1990, il crée plusieurs oeuvres de 2004 à 2007, pièces uniques originales. Il utilise la technique du pastillage, à la fois technique du XVIIIème siècle utilisée à la Manufacture et caractéristique du langage artistique de l'artiste.
Au centre de l'escalier une pièce la Nature Study de Louise Bourgeois. Cette figure androgyne, mi-animale mi-humaine, se rattache à tout un pan de l'œuvre de Louise Bourgeois portant sur le féminin et le masculin, sur le ventre féminin comme outre, sur le corps comme objet d'ambiguïtés. Elle est devenue un des éléments de référence de la ligne artistique de Sèvres – Cité de la céramique.
Deux vases en sang de boeuf de chaque côté de l'escalier, et une série de plate sur le mur continu cet ascension. 





Salle des grands vases de Sèvres - Le deuxième étage regroupe une collection de faïences françaises des XVIIe siècle et XVIIIe siècles: Nevers, Rouen, Moustiers, Strasbourg, Marseille, ainsi que du nord et de l'Est de la France. Chefs d'oeuvres des principaux centres faïenciers européens : Italie, Espagne, Pays-Bas. 
Dans la salle des grands vases de Sèvres, on remarque aussi un vase de Pierre Soulages, intérieur lustré or. 







Collection des Porcelaines européennes - Les vitrines présentent les premières porcelaines tendres réalisées à Rouen par Louis Poterat, puis à Saint-Cloud, dès la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle. C’est avec cette dernière que la porcelaine tendre prend véritablement son essor en France, grâce à la protection du duc d’Orléans, frère de Louis XIV.
Les formes créées sont d’une grande variété. On lui doit notamment l’invention de la fameuse tasse trembleuse, encastrée dans sa soucoupe à galerie. La présentation illustre l’évolution des types de décors, d’abord en camaïeu bleu à motifs de lambrequin, puis les blancs imitant les productions chinoises et la polychromie introduite dans les années 1720. Suivent également les manufactures de Chantilly (entre 1730 et 1745) et Mennecy. 
Les productions de la Manufacture de Vincennes, créée en 1740, devenue Sèvres en 1756, sont des pièces incontournables des collections, fleuron de la création française. Les vases à fond coloré en bleu ou en vert, les plats bleu turquoise (dit bleu « céleste ») du service de Louis XV, les statuettes en biscuit réalisées d'après des modèles des plus grands artistes sont quelques-uns des chefs-d’œuvre de la porcelaine mondiale.  















En France, l’histoire de la porcelaine dure commence avec la découverte en 1768 d’un gisement de kaolin à Saint-Yrieix près de Limoges. La Manufacture de Sèvres produit quelques pièces, notamment le service de Marie-Antoinette pour la laiterie de Rambouillet, mais ce sont surtout les manufactures parisiennes qui ont la production la plus représentative au tournant du siècle. Elles créent des œuvres d’un style néo-classique raffiné, notamment la fabrique de Dagoty, favorite de l’impératrice Joséphine. 








Collection de faïences européennes - Rassemblées depuis plus de deux siècles à Sèvres - Cité de la Céramique, ces collections, pour certaines de référence mondiale, sont autant de jalons esthétiques et technologiques qui permettent de suivre le voyage de la faïence depuis le IXe siècle jusqu’à l’invention d’une nouvelle technique, la faïence fine, au milieu du XVIIIe siècle dans le sillage des recherches pour fabriquer de la porcelaine en Europe.


Instrumentarium - Nicolas Frize - 20 Février - 10 Juin. 
La cité de la céramique présente dans ses collections permanentes, une sélection d'instruments de porcelaine imaginés par le compositeur Nicolas Frize, lors de sa résidence menée entre 2007 et 2009 dans les ateliers. Expérience inédite et fascinante, riche d'échanges et de dialogues, cette exposition est l'occasion de revenir sur cette initiative qui a conduit un créateur à approcher la porcelaine sous un angle étonnant. 
Installé dans le pavillon Pompadour, Nicolas Frize crée un "instrumentarium", un ensemble composé de plusieurs centaines d'instruments en porcelaine : percussion, cordes instruments à vent.. Si certains sont des copies d'instruments traditionnels ; d'autres sont totalement inventés et suscitent alors de nouveaux gestes musicaux. D'autres encore sont des objets traditionels de la Manufacture détournés de leur fonction initiale pour devenir instruments de musique. Accompagné par les céramistes particulièrement sensible à la sonorité de ce matériau qu'ils manient et transforment au quotidien, l'artiste travaille la pâte, la cuisson, les formes et mène des expériences pour obtenir des sons différents. 
Ettore Sottsass - un architecte dans l'atelier - 20 février - 22 juillet. 
L'exposition rassemble pour la première fois l'ensemble des pièces réalisées par Ettore Sottsass, l'un des plus importants designers italiens du XXe siècle, à la Manufacture de Sèvres et au Centre internationale de recherche sur le verre et les arts plastiques de Marseille. Michele De Lucchi, compagnon de route et ami de l'architecte designer, signe la scénographie de l'exposition. 

(c) Chavanitas