CAMPO MAIOR - Capella dos ossos

Campo Maior -
Selon la légende, le bourg doit son nom à trois familles qui s'établirent sur le campo maior, le "champ principal". Le roi Dinis fortifia la ville en 1310, et la monumentale Porta da Vila fut ajoutée en 1646. En 1732, un éclair mit le feu à une poudrière, détruisant la citadelle et faisant 1500 victimes. Les morts auraient servi à la construction de la Capela dos ossos, recouverte d'ossements humains. Datée de 1766, elle comporte une inscription sur la mort, réalisée à l'aide de clavicules.
 
 
 
 
 
 
 
 
Capela dos ossos de l'église paroissiale Notre-Dame de l'Espérance - 
L'explosion de la poudrière qui fit les victimes exposées dans les reliquaires de la chapelle tua environ les deux tiers de la population de Campo Maior. Une ouverture donnant sur le parvis de l'église contient des rangées de crânes qui font face aux passants ainsi qu'une plaque relatant les circonstances de la tragédie. 
On ignore l'identité des trois squelettes articulés et si la décision de les conserver dans leur intégralité faisait partie du projet initial de la chapelle ou si ils furent trouvés entiers lorsqu'on les exhuma. Ils portent encore des traces de chair calcinée.
 
 
Chapelle des ossements -
On fut attentif à l'harmonie visuelle lors de la conception de la chapelle de l'ossuaire, la seule qui subsiste parmi les quatre que comptait le centre du Portugal. Outre celles d'Evora et de Montforte, il y en avait une à Elvas dont on retira les ossements en 1883 pour les enterrer dans une cimetière local.
La chapelle scandalisa les soldats britanniques qui traversèrent la ville durant les guerres napoléoniennes. Le capitaine John Patterson écrivit qu'elle avait "une apparence horrible (...) rendue encore plus lugubre par le faible éclat de la lumière projetée par une lampe suspendue à la voûte du plafond de ce sépulcre mortifère". 
Je la trouve d'une extraordinaire beauté.
 
 
 
 
(c) Chavanitas