EVORA - Igreja dos Lois - Capela dos ossos

Igreja dos Lois & Capela dos ossos
Evora
 
 
Igreja dos loios -
En face du temple romain, la petite église Sao Jaoa Evangelista fut fondée en 1485 par Rodrigo Afonso de Melo - comte d'Olivença et premier gouverneur de Tanger après la prise de la ville par les Portugais - pour servir de panthéon familial. Aujourd'hui propriété des ducs de Cadaval. 
Le portail gothique ouvre sur une nef revêtue, du sol au plafond, de superbes azulejos peints à la main, réalisés en 1711 par l'un des plus grands céramistes portugais, Antonio de Oliveira Bernardes. Sur le sol, des grilles révèlent un étonnant monde souterrain : on y voit une citerne maure antérieur à l'église et un ossuaire où sont entassés des ossements de moines. Des fragments d'azulejos plus anciens sont conservés dans la sacristie.
Capela dos ossos - Sao Francisco
L'élément le plus fascinant de cette église du XVe siècle est la Capela dos Ossos, chapelle du XVIIe siècle contenant les ossements de 5 000 moines. Deux corps, dont celui d'un enfant, sont suspendus à une chaîne, et à l'entrée on peut lire : Nos, ossos que acqui estamos, pelos vossos esperamos ("Nous, les os qui gisons en ce lieu, attendons les vôtres").
 
 
capela dos ossos -
Os longs mis bout à bout dans les murs de la chapelle pour former des baies et des pilastres qui rejoignent les arêtes de la voûte. La salle est composée des restes de 5 000 personnes qui auraient été retirés d'un cimetière local parce que, si l'on en croit un document, la noblesse voulut s'en approprier le terrain pour chasser. 
Les colonnes incrustées d'ossements rejoignent un plafond voûté sur lequel sont peints des symboles de la Passion du Christ et des memento mori traditionnels. Une partie du charnier fut reconstruite en 1810, après les guerres napoléoniennes, et les peintures furent achevées ou restaurées à cette époque.
 memento mori -
Memento mori est une locution latine qui signifie « Souviens-toi que tu mourras ». Elle désigne un genre artistique de créations de toutes sortes, mais qui partagent toutes le même but, celui de rappeler aux hommes qu'ils sont mortels et la vanité de leurs activités ou intérêts terrestres.
Les moines franciscains voulaient mener leurs frères vers la contemplation et transmettre un message du caractère éphémère et transitoire de la vie.Et au plafond de la chapelle, la phrase "Melior est dies mortis die nativitatis (Mieux est le jour de la mort que le jour de la naissance)" de l'Ecclésiaste (Chap.7,1) enVulgate est écrit.
(c) Chavanitas