ARLES - A partir de maintenant

A partir de maintenant
& Sur mesures
Sur mesures - Musée Réattu (ci-dessus)
Le nouvel accrochage, MUSÉE RÉATTU | SUR MESURES mêle les genres et les imaginaires en utilisant la peinture ancienne, et notamment l’oeuvre de JACQUES RÉATTU ou sa collection, comme un aimant : Narcisse, Orphée, Prométhée..., mais aussi le Paysage, la Nature morte ou la Vanité… révèlent avec l’art contemporain – photographie, vidéo, art sonore, dessin et sculpture – de surprenantes adhérences ; tandis que les toutes récentes acquisitions du musée, ainsi que plusieurs oeuvres majeures prêtées par des institutions ou des galeries*, forment à l’intérieur de cet accrochage un passionnant précipité…
Invité d'honneur de ce nouvel accrochage, le sculpteur d’origine tchèque VLADIMIR SKODA, entré dans les collections en 2010, est le tout premier Passager de l'atelier de Réattu, encore habité par La mort d'Alcibiade, chef-d'oeuvre inachevé du peintre arlésien : l’esprit des lieux et la présence du fleuve sont à l’origine d'une installation sur mesures – photographies "cultivées" sur place, vidéo, dessins, sculptures – qui a débordé dans l’escalier, puis dans la cour d’entrée, attirée par les épines du Gleditsia… 
Manifeste - FROM HERE ON (ci-dessous)
C’est LA polémique de l’été aux Rencontres d’Arles, l’un des principaux rendez-vous mondiaux du monde de la photo et de l’art contemporain : une expo de quelque 36 artistes, entièrement composée à partir de photos anonymes tirées du Web retravaillées par des artistes, accompagnée d’un manifeste annonçant une ère nouvelle de « possibilités infinies »…
« From here on » (« A partir de maintenant ») est la plus grande exposition de cette édition des Rencontres, située dans les anciens ateliers SNCF : un déluge d’images comme le Web est capable d’en produire, mais figées, réinterprétées, transformées littéralement ou en leur donnant un sens nouveau.
Gay Men Play - Christopher Clay (ci-dessous)
Christopher Clary a réalisé une installation pour l’exposition intitulée Gay Men Play que j’ai organisée pour le New York Photo Festival en 2009 et qui tournait autour de l’usage de la photographie chez les homosexuels comme outil propice à la communication sur la sexualité. La pièce qu’il a créée, tapissée d’images qu’il avait collectionnées et imprimées depuis son disque dur, était à la fois intelligente et touchante. Mais son oeuvre ne se préoccupe pas uniquement de la photographie comme devise sociale et sexuelle. En explorant de manière publique son désir d’un archétype photographique spécifique de la masculinité et du nu masculin, Clary déterre d’une manière poignante certaines questions relatives à l’inventivité sexuelle, la confiance en soi et la vulnérabilité du mâle.
Chris Boot
Plus projections vidéos à l'église des frères prêcheurs.
 (c) Chavanitas