AVIGNON - Collecion Lambert - Chapelle Saint-Charles

We are evil
Chapelle Saint-Charles d'Avignon
& Collection Lambert
  Georges Rousse
La chapelle Saint-Charles accueille depuis plusieurs années des œuvres contemporaines qui allient la création et le sens premier du lieu, son caractère sacré. Le département du Vaucluse a invité l’artiste Georges Rousse a créé dans ce lieu une œuvre in situ. A travers cette démarche se dessine en filigrane le portrait d’un artiste désireux de donner une seconde vie à un lieu désacralisé. En effet, le voile de lumière qui recouvre la structure, redonne l’aspect sacré à la Chapelle. L’artiste aussi bien plasticien que photographe, est né en 1947 à Paris où il vit et travaille. Il intervient dans des lieux laissés pour compte et les réhabilite en œuvres monumentales. Pour la chapelle Saint-Charles à Avignon datant du XVIIIème siècle, l’artiste créé une structure dans l’écrin originel de la chapelle. Une énorme sculpture prend place au milieu de l’espace central. La sculpture installée dans la chapelle est monumentale, envahissant l’espace par ses proportions imposantes mais qui laisse voir l'architecture du lieu par transparence au travers de lattes de bois donnant une impression de légèreté.

Out an down, down and out
Lawrence Weiner est un artiste américain, et une figure centrale de l'art conceptuel.
Il est l'auteur en 1968 de la célèbre Declaration of Intent, déclaration d'intention en français : « 1. L'artiste peut concevoir l'œuvre. 2. L'œuvre peut être fabriquée. 3. L'œuvre n'a pas besoin d'être faite. Chaque partie étant de même valeur et en cohérence avec l'intention de l'artiste, la décision comme la situation repose pour le récepteur sur les modalités de la règle ».
 écriture de la lumière
Le point central de l’œuvre de Georges Rousse à la chapelle Saint-Charles est la lumière. Le titre de l’œuvre y fait référence. La formule du lux, imprononçable pour la plupart, est une unité de mesure de la lumière, elle résume à elle seule le projet de Georges Rousse, où il est question de lumière, comme la photographie qui est étymologiquement « écriture de lumière ».  "Lorsque l’on m’a proposé de réaliser une installation dans la Chapelle Saint-Charles, j’ai abordé ce lieu par l’image.
Je l’ai d’abord photographié afin de m’approprier dans cet énorme volume un point d’où je pourrais modifier l’espace et rivaliser avec le vide. Ce qui m’est apparu immédiatement défaillant était la lumière, ou plus exactement l’absence de lumière, seulement évoquée par un soleil rayonnant sculpté dans le stuc en haut de colonnes surplombant l’autel. Je n’ai pas immédiatement remarqué l’inscription au centre du nuage, seulement sa peinture dorée qui, elle aussi, suggérait la lumière et le triangle avec en son centre le tétragramme du nom de Dieu : YHWH «Il est», l’imprononçable dans le culte judaïque.
 Camera obscura
Cinq étapes jalonnent l’histoire de la création de Georges Rousse pour ce lieu particulier. Il y a d’abord l’appropriation du lieu, les repérages qui permettent à l’artiste de se familiariser avec la chapelle. Vient ensuite la réalisation : pour la Chapelle dont les murs et le sol ne peuvent être touchés, Georges Rousse a imaginé une Architecture dans l’Architecture : une structure en acier recouverte de lattes. Avec ses assistants, il a construit la structure porteuse en fonction de l’espace et de la perspective interprétée par sa camera obscura et issue de ses travaux photographiques.
La troisième étape se concentre sur le phénomène de la lumière. Dans ce lieu pas assez lumineux des éclairages artificiels sont mis en place.
L’avant dernière étape, après les derniers tests polaroïd, est celle de la prise de vue, le moment de la création pour Georges Rousse. C’est à ce moment que se rencontrent dans la photographie (l’œuvre finale) les deux spatialités distinctes : l’architecture réelle du lieu et l’architecture fictive et utopique qu’il y érige, créant un troisième espace, espace paradoxal qui n’existe que dans la photographie et…. l’imaginaire de l’artiste.
La dernière étape est celle de la création du fond sonore qui accompagne l’œuvre. Julie Rousse a créé pour la chapelle un univers sonore poétique évoquant l’homme absent du lieu…
   © Chavanitas
______________________________________________________________________________________________________________________