PAMPELONNE

Retro rainbow
même plage / 22 ans entre les deux
Black Moth Super Rainbow
Born on a day the sun didn't rise // Born in a world without sunshine // You, you're the apple of my eye // Born on a day the sun didn't rise // Born on a day the sun didn't rise // Born in a world without sunshine // You, you're the apple of my eye // Born on a day the sun didn't rise // Born on a day the sun didn't rise // Born in a world without sunshine // You, you're the apple of my eye // Born on a day the sun didn't rise // Born on a day the sun didn't rise // Born in a world without sunshine // You, you're the apple of my eye // Born on a day the sun didn't rise // 
Mum
Votre fille a 20 ans, que le temps passe vite // Madame, hier encore elle était si petite // Et ses premiers tourments sont vos premières rides // Madame, et vos premiers soucis
Chacun de ses 20 ans pour vous a compté double // Vous connaissiez déjà  tout ce qu'elle découvre // Vous avez oublié les choses qui la troublent // Madame, et vous troublaient aussi
On la trouvait jolie et voici qu'elle est belle // Pour un individu presque aussi jeune qu'elle // Un garçon qui ressemble à  celui pour lequel // Madame, vous aviez embelli
Ils se font un jardin d'un coin de mauvaise herbe // Nouant la fleur de l'âge en un bouquet superbe // Il y a bien longtemps qu'on vous a mise en gerbes // Madame, le printemps vous oublie 
Chaque nuit qui vous semble à  chaque nuit semblable // Pendant que vous rêvez vos rêves raisonnables // De plaisir et d'amour ils se rendent coupables // Madame, au creux du même lit
Mais coupables jamais n'ont eu tant d'innocence // Aussi peu de regrets et tant d'insouciance // Qu'ils ne demandent même pas votre indulgence // Madame, pour leurs tendres délits
Jusqu'au jour où peut-être à  la première larme // A la première peine d'amour et de femme // Il ne tiendra qu'à vous de sourire Madame // Madame, pour qu'elle vous sourie... 
Serge Reggiani 
Dieu créa la femme
Pense aux plages / pense à la mer / aux lices du ciel / aux nuages / à tout cela devenant chair et dans le meilleur de son âge / Pense aux tendres bêtes des bois / pense à leurs peurs sur tes épaules / aux sources que tu ne peut voir et dont le murmure t'isole / Pense à de plus profonds soupirs / ils deviendront un seul désir / à ce dont tu chéri l'image tu l'aimeras bien davantage / Ce qui était beaucoup trop loin pour le parfum ou le reproche / tu vas voir comme il se rapproche se faisant femme jusqu'au lien / ce dont rêver tes yeux, ta bouche / tu vas voir comme tu le touche / elle aura des mains comme toi et pourtant combien différente / elle aura des yeux comme toi et pourtant rien ne leurs ressemble / elle ne te sera jamais complètement familière / tu voudras la renouveler de milles confuses manières / Voilà, tu peux te retourner / c'est la femme que je te donne / mais c'est à toi de la nommer / elle approche de ta personne.
Amants, heureux amants / Serge Reggiani
© Chavanitas
______________________________________________________________________________________________________________________