PARIS - Toits

Paris, je t'aime..
... aussi




Capitale de la douleur 
Les bêtes qui descendent des faubourgs en feu,
Les oiseaux qui secouent leurs plumes meurtrières, 
Les terribles ciels jaunes, les nuages tout nus
Ont, en toute saison, fêté cette statue.
Elle est belle, statue vivante de l'amour.
O neige de midi, soleil sur tous les ventres, 
O flammes du sommeil sur un visage d'ange
et sur toutes les nuits et sur tous les visages. (...)  Paris, Paul Eluard
 Je connaissais pas Paris le matin
Alors je m'enfonce dans Paris comme si c'était la première fois
Je découvre des paysages que j'ai pourtant vu 500 fois
Je crois que mon lieu de rendez-vous sera cette table en terrasse
Café-croissant-stylo-papier, ça y est tout est en place
Je vois plein de gens autour de moi qui accélèrent le pas
Ils sont pressés et je souris car moi je ne lui suis pas
Je connaissais pas Paris le matin et son printemps sur les pavés
Ma vie redémarre pourtant on peut pas dire que j'en ai bavé
La route est insinueuse, je veux être l'acteur de ses tournants
C'est mon moment de liberté, je laisserais pas passer mon tour, non
C'est un parcours fait de virages, de mirages, j'ai pris de l'âge
Je nage vers d'autres rivages, d'une vie tracée je serai pas un otage
Grand Corps Malade
© Chavanitas & Elodie Mercier
______________________________________________________________________________________________________________________